Grogne des étudiants : Paralysie à nouveau de l’université dès jeudi

Les trois organisations syndicales des étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) ne baissent pas la garde. A défaut d’un acte juridique qui autorise l’organisation de la seconde session, pourtant approuvée par le ministre en charge de l’Enseignement supérieur, ils promettent paralyser dès jeudi prochain les activités académiques.

 

Euloge ZOHOUNGBOGBO

Une fois de plus, les étudiants de l’Université d’Abomey-Calavi (UAC) ne décolèrent pas. A la suite d’une Assemblée générale que leurs trois organisations syndicales ont eue hier, il est à retenir que les activités académiques et commerciales seront bloquées dès jeudi prochain. Cette décision intervient après la froide accalmie qu’a connue l’UAC ces derniers jours.  Les étudiants contestent, en effet, la surpression de l’organisation de la seconde session par le décanat de la Faculté des lettres, arts et sciences humaines (FLASH) au motif que cette faculté est peuplée de 40 000 étudiants et est dans le dénuement total. Or, faut-il le souligner, c’est au cours de cette session que les résultats des étudiants sont des plus acceptables. En réaction à cette décision décanale, les étudiants ont brandi la menace d’un mouvement « campus mort » qui a lourdement ébranlé l’UAC. C’est pour pallier cette  situation que le ministre a dû intervenir. Mais l’application de la décision  prise tarde à prendre corps.

Cycle infernal de la contestation

La paralysie des activités académiques et commerciales souhaitée par les étudiants a pour base légale une motion de grève illimitée retenue à la suite d’une assemblée générale. Face à l’inexistence d’une base légale pouvant justifier la décision du ministre François Abiola de faire organiser la seconde session dans les facultés et établissements, les étudiants gardent la prudence.  Pour justifier leur bonne foi, ils avaient accordé un moratoire d’une semaine aux autorités afin de prendre un acte juridique pour authentifier la décision verbale du ministre. Cette décision est pourtant prise de concert avec l’équipe rectorale et les responsables étudiants. Selon les informations qui nous sont parvenues, les étudiants restent sceptiques parce que l’équipe rectorale n’aurait pas voulu donner acte à cette décision que les étudiants jugent « consensuelle ». C’est visiblement la lecture de l’attitude peu claire du rectorat  qui  engendre la méfiante et la défiance des étudiants.

Pour l’instant, apprends-on,  les responsables étudiants envisagent une motion  de grève générale dénommée «  campus mort ». Les mêmes sources indiquent qu’une correspondance sera envoyée au doyen de la Faculté de droit et de sciences politiques (FADESP) aux fins de solliciter l’annulation des compositions du second semestre prévues pour le mercredi 24 juin prochain. Si rien n’est fait, le mouvement que les étudiants s’apprêtent à déclencher sera plus virulent que celui de la semaine du 8 juin dernier. 

Nouvelle équipe gouvernementale de Boni Yayi : Un mauvais départ pour Lionel Zinsou ?

Communales et municipales du 28 juin prochain à Grand-Popo : La tête de liste UN à Agoué en situation d’inéligibilité

Communales ou municipales et locales : la campagne électorale prend fin le vendredi prochain

Remaniement ministériel : Un gouvernement de 28 membres, dont 7 femmes

Elections communales, municipales et locales : Candide Azannaï décline ses priorités pour la mairie de Cotonou

Communales ou municipales 2015 : Quelles chances pour Candide Azannaï ?

Communales ou municipales 2015 : Quelles chances pour Candide Azannaï ?

Communales ou municipales 2015 : Quelles chances pour Candide Azannaï ?

Présidentielle 2016 : Golou déjà en campagne selon Jeune Afrique

Assemblée nationale : Adrien Houngbédji veut « préparer la transition démocratique » de 2016

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

430225 visites sur le site

Offres d'emploi

En images