En prélude à l’opération « campus mort » : Les étudiants empêchent les examens de la FADESP

 

Les activités académiques et commerciales ont tourné, hier, au ralenti à l’Université d’Abomey-Calai. Les étudiants de la Faculté de droit et de sciences politiques (FADESP) ont fait échec à l’organisation des examens du second semestre.

 

Euloge ZOHOUNGBOGBO

 

A la Faculté de droit et de sciences politiques (FADESP), l’organisation des examens du second semestre prévu pour hier a fait flop. Les étudiants de cette faculté ont énergétiquement empêché l’organisation de ces examens. C’était le branle-bas sur le campus. Très tôt, ils ont assiégé la FADESP ainsi que les autres entités de l’université pouvant abriter en principe l’organisation desdits examens. Les étudiants exigent des responsables de l'Université, la prise d'un acte juridique pour consacrer l'organisation de la deuxième session à la Faculté des lettres arts et sciences humaines (FLASH). 

 

En effet, c’est suite à la décision du décanat de la FLASH de supprimer l’organisation des secondes sessions qu’un bras de  fer a débuté entre les responsables étudiants et le monde enseignant. Cette bisbille a engendré  de violents mouvements de grève des étudiants qui ont ébranlé les activités académiques et commerciales. Pour désamorcer l’impasse qui se profilait à l’horizon, François Abiola, ministre en charge de l’Enseignement supérieur, après une séance de travail avec les responsables étudiants et le rectorat   avait donné son accord verbal afin d'autoriser l’organisation des sessions de rattrapage à la FLASH.

 

Un mouvement de débrayage illimité ce jour

 

 

L’inexistence d’un acte juridique pour authentifier la décision du ministre a permis aux étudiants d’être sur les gardes.  Ils lancent dès ce jour un mouvement de débrayage illimité après l’expiration de l’ultimatum d’une semaine accordé aux autorités afin de régler ce différend qui semble avoir trop duré.

Selon les responsables des étudiants de la FADESP, c’est par solidarité qu’ils entrent en mouvement. « Si l’inorganisation de la seconde session est acquise à la FLASH, la FADESP, les autres facultés et écoles de l’UAC vont lui emboîter le pas », a laissé entendre l’un d’eux. Sur le terrain, le fort détachement de la gendarmerie et de la police n'a pas pu contenir la 'stratégie de guerre' mise en place par les étudiants pour empêcher l'organisation de la session à la FADESP. Au finish,  tous les étudiants de la FADESP ont dû rebrousser chemin. A partir de ce jour, débute la grève générale illimitée lancée par les trois syndicats d'étudiants. Cette grève viendra ralentir plus que jamais les activités au sein de l’UAC.

 

4ème édition de la convention des femmes de foi : 5 jours pour sécher les larmes de la gent féminine

Elections communales et municipales du dimanche prochain : Cotonou vote RB-RP

Fin de campagne électorale : Les FCBE de Porto-Novo aux abonnés absents

Ministère de l’Environnement : Théophile Worou imprime ses marques

Campagne électorale à Cotonou le 12è arrondissement séduit par le projet de ville de Léhady Soglo

En tournée dans les 5 arrondissements de Porto-Novo :Adrien Houngbédji appelle les militants pour un carton plein

Les agents en service au Parlement sans salaire depuis trois trimestres : le gouvernement indexé pour non-respect de ses engagements

Déclaration de biens : L’ANLC invite les députés à se conformer

Prise de service au ministère de la Famille : Honorine Attikpa pour des innovations

Drame survenu à Abidjan à la suite des inondations : la compassion de Nicéphore Soglo aux familles des victimes

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

426527 visites sur le site

Offres d'emploi

En images