Entretien à chaud avec Sèssimè : :«Je n’ai pas fini d’avancer, j’ai encore beaucoup à donner»

Après son show inédit du samedi dernier à l’Institut Français de Cotonou, la rédaction culturelle de votre journal a puprendre sur le vif pour votre plaisir, la jeune vedette de la musique béninoise. Sèssimè qui a confirmé tout le bien qu’on pensait d’elle et comblé les attentes des mélomanes venus nombreux, livre ici ses impressions et profite pour annoncer des surprises.

Nouvelle Expression : Vous venez de gratifier le public d’une prestation très appréciée, dis-nous, es-tu épuisée ou as-tu encore de l’énergie à revendre ?

J’ai envie de reprendre, de remonter sur scène. J’ai encore beaucoup à donner. Et c’est grâce au public qui m’a fait sentir bien sur scène.C’est vrai qu’humainement je suis fatiguée, mais j’ai encore toute la volonté pour reprendre et je peux encore jouer pendant 1h30, voire 2h.

Quelles sont vos impressions après ce spectacle ?

Elles sont très bonnes, franchement il y avait beaucoup de chaleur. Comme je l’avais dit avant le concert, ça a été un rendez-vous du donner et du recevoir où on a échangé de la joie, la gaieté et l’émotion profonde. Franchement,c’était que du bonheur, un vrai régal. C’était plus que ce à quoi je m’attendais et je pense déjà aux prochaines retrouvailles.

Justement pour les fois à venir, que comptez-vous offrir à vos fans, vu que vous repartez tellement comblée après le show de ce soir…

(Rire). Plus que ça. En tout cas, je leur donnerai davantage de bonheur, par la grâce de Dieu.

S’il vous est permis de faire un break pour apprécier votre parcours, que diriez-vous ?

Toujours évolution, toujours succès, avec une grande détermination de travailler. Aujourd’hui, je veux travailler encore plus, pour avoir une plus grande qualité. Mais je veux me faire plaisir, me sentir à l’aise sur scène, et je me sens plus à l’aise aujourd’hui qu’il y a deux ans. Et je me dis que c’est la passion, l’amour que je donne à mon boulot et que mon public me donne en retour, et c’est la bénédiction divine. Donc quand je fais mon bilan, je me dis : j’avance, je n’ai pas fini d’avancer et je pense que j’ai encore une grande marge de manœuvre et je crois qu’on va y arriver.

Vous sortez un premier album rap/rnb, après vous revenez avec un nouvel opus qui tranche carrément avec le précédent. Mieux, vous vous affublez d’un nouveau nom et c’est le succès qui accompagne, avec beaucoup de prix raflés au passage. Entre nous, avez-vous consulté le Fâ ?

(Gros rire). Franchement, je ne sais pas comment on fait pour consulter le Fâ. Je ne connais que la voie divine, et c’est le Tout-Puissant Dieu, Eternel des armées qui me protège et me bénit, qui m’ouvres la voie et me permet d’avancer et je lui dis merci.

Et comment expliquez-vous alors ce changement de style musical, de nom et ce succès qui se pointe du coup ? Un peu étrange non ?

Pas du tout. C’est plutôt l’envie, l’envie de me surpasser, de faire plaisir à mes fans et de me faire plaisir moi-même et d’aller vers un monde extérieur. Avant, c’était juste une musique pour le Bénin. Aujourd’hui, je suis beaucoup plus déterminée à aller vers les gens, à de nouvelles conquêtes et je me dis qu’il faut se donner à fond. Et pour réussir, j’ai compris qu’il faut que je fasse quelque chose qui me plaise, et du rnb à l’afro-pop, il n’y qu’un pas et tout ça vient de la musique africaine et je suis toujours dans la musique africaine.

Alors, de bonnes nouvelles qui arrivent bientôt dans votre carrière ?

Très bientôt, beaucoup de bonnes choses et d’opportunités, mais je vais m’en arrêter là pour le moment, parce qu’on dit qu’il vaut mieux garder en suspens les bonnes choses, pour finir d’avoir toutes les bénédictions avant de les révéler au grand jour.

Vous pouvez tout au moins lever un coin de voile sur votre nouvel album en préparation et que les mélomanes attendent avec impatience…

C’est vrai qu’il y a un album en cours, mais pas dans une sortie immédiate. J’ai lancé en attendant, depuis quelques jours, un single «Dana soukoui», sur lequel on est en train de faire un boulot de promotion à l’échelle internationale. On a d’autres clips qu’on va lancer bientôt, et d’autres collaborations à l’international avec des artistes pas des moindres, mais je préfère taire les noms pour le moment. Tout viendra à point nommé.

Petit souvenir, votre père vous avais imposé comme condition pour vous laisser aller pleinement à votre passion musicale de finir d’abord vos études. Alors où en est Sèssimè avec ses études ?

J’ai mon master en marketing communication et commerce, et je lui ai dit que le doctorat ne m’intéresse pas. Car avec mon master je peux avoir du boulot, ou créer mon entreprise et faire plein de choses. Quand j’ai eu mon master, je lui ai dit : «papa je veux faire la musique et tu me colles la paix !». Et je crois qu’il a compris. (Rires)

Et vous croyez pouvoir valoriser ce diplôme ou la musique a déjà pris le dessus ?

Plus tard, et d’ailleurs je crois que je le fais déjà dans ma carrière. La musique c’est mon métier, et ça a besoin d’un minimum de connaissances pour bien manager les choses. Mais si j’ai envie d’ouvrir mon cabinet, ne vous inquiétez pas, je vous ferai appel et on sera associés. (Rires).

Propos recueillis par Cir Raoul HOUNGBEDJI

4ème édition de la convention des femmes de foi : 5 jours pour sécher les larmes de la gent féminine

Production discographique : Ambiance festive autour de la "Bonne arrivée" de Tina Sèglé

Passation de charges au ministère de la Culture : Paul Hounkpé promet de maintenir le cap

« Aagan » d’Abdel Hakim Lalèyè : un voyage initiatique sur le culte « Egungun »

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Lu pour vous : Le prêtre, grandeur et petitesse : un véritable panorama sur la vie du prêtre catholique !

Spectacles live à Cotonou Le Festin vocal fait "kiffer" une 3ème édition

Décès de Jean Pliya :L’arbre fétiche est tombé

34ème anniversaire de décès de Bob Marley : l’ensemble culturel et artistique des étudiants rend hommage à l’homme à l’université d’Abomey-Calavi

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

428733 visites sur le site

Offres d'emploi

En images