Les marches prévues, tant par l’opposition politique et les forces démocratiques, que par la mouvance présidentielle, ont eu lieu. A Porto-Novo, comme à Cotonou, l’expression plurielle des libertés démocratiques a prévalu. L’encadrement, de la part des forces de l’ordre, a été également à la hauteur de la tâche, la tenue militaire, cette fois, n’ayant pas été utilisée comme épouvantail, ni objet de menace et de zèle inutile, à l’encontre, notamment, de l’opposition et des forces démocratiques. Les bévues du passé, croit-on comprendre, au regard de ce changement, ont été corrigées, rectifiées. Si c’était le cas, réellement, les Béninois, en particulier ceux qui, de la démocratie, font une priorité, n’auront de réaction que d’applaudir, en se disant que, dorénavant, sont révolus les temps des marches interdites, juste pour interdire. En attendant d’en avoir la preuve concrète.

Doudou

Du gros boulot pour la CENA

Ballon d’essai parlementaire

Elections et libéralités

Pari quasiment gagné

Le bon fric

Du train où vont les choses . . . : l’Alliance FCBE serait-elle en perdition ou simplement dépassée ?

Les compteurs prépayés, mais…

Sossouhounto doit être à l’aise

‘’Printemps béninois’’, voulons pas !

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

63381 visites sur le site

Offres d'emploi

En images