« Miss Bénin France » et « Miss Bénin France Europe ». En 2015, sauf revirement, pas moins de deux miss seront élues au sein de la communauté béninoise en France, respectivement le 16 mai et le 06 juin. Divisée donc malgré elle, la communauté béninoise observe, impuissante cette situation qui ne l’honore guère. Au nom de la beauté.

 

 

 

La communication de chacun des deux comités d’organisation est étudiée pour marquer la différence. D’un côté,  Miss Bénin France met l’accent sur son ancienneté parce que se tenant pour la 2è fois après une première édition en 2012. De l’autre côté, Miss Bénin France Europe, qui se tient pour la première fois, est conduit par « des professionnels de l’événementiel culturels, de la mode, de la communication et de relation presse ayant des compétences et expériences avérées dans leur domaine », peut-on lire sur le site internet de l’évènement.

 

Une manière polie de ressortir les couacs et soupçons de malversations qui ont émaillé l’édition 2012 de Miss Bénin France. D’ailleurs, Kisito Codjia, Directeur de France Beautés et Cosmétiques et président du Comité d’organisation de Miss Bénin France, sentant le coup,  ne tardera pas à répliquer en qualifiant ses compatriotes de l’autre camp d’usurpateurs. Le ton est ainsi donné et depuis des mois, par médias interposés, la bataille pour légitimer l’un ou l’autre des évènements fait rage.

 

Le procès de la honte

 

« Nous avons découvert par hasard qu’un nouvel organisateur se positionne pour organiser Miss Bénin France. Certes, l’aspect culturel et artistique de l’initiative permet une mise en valeur de nos richesses. Mais le problème est que le nouvel organisateur choisit le même nom, le même contexte d’évènement et surtout se fait passer pour le substitut de l’organisation réalisée auparavant (en 2012, ndlr) ». Kisito Codjia exprimait ainsi en octobre 2014, son étonnement, après l’annonce par l’Agence Créative de son compatriote Codjovi Tossou, de la « réplique » de son événement.

 

Documents, contrats et éléments communicationnels à l’appui et arguant du fait qu’en France, « la recherche d’antériorité est primordiale pour tout dépôt de marque », Kisito Codjia ne doute nullement qu’il est pleinement dans ses droits de contester l’organisation de  Miss Bénin France Europe. « Le droit de la propriété intellectuelle établie que l’antériorité se base sur trois éléments essentiels : les faits, l’exploitation et le pourvoir établi en France d’une demande conventionnelle en nullité de la marque par preuves d’antériorités établies » argumente-t-il. Et de conclure : « Maître Kenneth Feliho, Avocat au Barreau de Paris et de Bruxelles a initié une requête pour savoir dans quelles proportions un dépôt de nom simple prévaut sur l’antériorité ». Explication, un procès est en cours pour déterminer qui a la propriété et le droit d’utiliser l’appellation Miss Bénin France. Mais en attendant l’issue de cette joute judiciaire, les deux équipes foncent têtes baissées, convaincues de leurs arguments et preuves.

 

La position de l’Agence Créative

 

Par la voix de Ezin Pierre Dognon, directeur de l’équipe restreinte d’organisation de Miss Bénin France Europe, l’Agence Créative se défend d’usurper l’événement de France Beautés Cosmétiques dirigé par Kisito Codjia. « Déjà, à l’époque, le concours ne s’appelait pas « Miss Bénin France Europe » mais « Miss Bénin France », tout court » établit-il dans une récente intervention sur la chaîne de radio « Africa N°1 ». Et dans une autre interview accordée à un journal au Bénin, il marque clairement la différence entre les deux événements : « Nous ne sommes associés ni de près ni de loin à l’organisation de cet événement tenu en novembre 2012. Avant de se lancer dans la création de « Miss Bénin France Europe », l’Agence Créative et toute l’équipe ont fait un état des lieux, en l’occurrence, par rapport à ce qui avait été fait par le passé. Nous avons, certes, eu des échos très peu favorables au sujet de l’édition 2012 de « Miss Bénin France ». Mais, n’ayant pas été présent à cet événement, nous ne saurions décrire avec précision ce qui s’était passé » a-t-il affirmé.

 

Et d’ajouter : « Ceci étant dit, il est ressorti des conclusions de notre état des lieux que « Miss Bénin France », tel que conçu et organisé en 2012, a été une déception totale. En premier lieu pour les participantes, les membres de l’équipe organisatrice, les partenaires ; en second lieu, pour la communauté béninoise elle-même. La question principale qui fonde Miss Bénin France Europe est de savoir s’il fallait s’arrêter à l’échec des autres ou s’il fallait donner à la communauté béninoise d’Europe une vraie opportunité d’avoir un événement culturel digne de son image ».

 

Reckya Madougou et Laurent Hounsavi, parrains de la discorde

 

Qu’importe. Les deux événements auront lieu et chaque comité met les bouchés double. Le 16 mai pour la 2è édition de Miss Bénin France et le 6 juin pour la 1ère édition de Miss Bénin France Europe. Une dizaine de béninoises vivant en France sont d’ores et déjà sélectionnée de part et d’autres pour les finales respectives. Et alors que Miss Bénin France Europe s’est offert l’ancienne Ministre béninoise, Reckya Madougou comme marraine, c’est le Salsero béninois Laurent Hounsavi qui a accepté donner sa caution morale à l’organisation de la 2è édition de Miss Bénin France en le parrainant.

 

Mais les différences s’arrêtent là. Car à y voir de près, les deux évènements visent le même objectif. On retient, même si chaque « camp » le libelle à sa manière, qu’ils visent à célébrer la diversité culturelle franco-béninoise mais aussi à fédérer la communauté béninoise avec le soutien, revendiqué par les deux parties, de l’Ambassade et du Consulat du Bénin près la République Française.

 

Selon nos informations, aucune autre communauté africaine n’organise deux différentes élections de Miss en France. Comme toujours, le Bénin étonne le monde. Mais à quel prix ?

 

4ème édition de la convention des femmes de foi : 5 jours pour sécher les larmes de la gent féminine

Production discographique : Ambiance festive autour de la "Bonne arrivée" de Tina Sèglé

Passation de charges au ministère de la Culture : Paul Hounkpé promet de maintenir le cap

« Aagan » d’Abdel Hakim Lalèyè : un voyage initiatique sur le culte « Egungun »

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Lu pour vous : Le prêtre, grandeur et petitesse : un véritable panorama sur la vie du prêtre catholique !

Spectacles live à Cotonou Le Festin vocal fait "kiffer" une 3ème édition

Décès de Jean Pliya :L’arbre fétiche est tombé

34ème anniversaire de décès de Bob Marley : l’ensemble culturel et artistique des étudiants rend hommage à l’homme à l’université d’Abomey-Calavi

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

430108 visites sur le site

Offres d'emploi

En images