(Par Roger Gbégnonvi)

 

            Le Chef de l’Etat entre dans une colère noire quand il entend les gens mauvais dire ici et là qu’il est un président fini. Il a fichtrement raison de faire des crises car il n’est pas fini, il n’est que finissant. Nuance bouleversante. Mais les gens mauvais savent où ils veulent en venir en substituant fini à finissant : ils veulent la crise cardiaque qui précipitera l’échéance présidentielle. Eh bien, non ! Celui qui nous gouverne entre ciel et terre, enfoui dans notre hélicoptère, boira jusqu’á la lie son dernier mandat, et les mauvaises langues des gens mauvais ne prévaudront pas contre lui. Qu’on se le tienne pour dit. Et puis, président fini ne signifie pas homme fini. Après le 6 avril 2016, il pourra continuer à épouser et à procréer normalement, ainsi qu’il est au pouvoir de tous les croulants, à condition qu’ils lapent souvent quelque raclure de corne de rhinocéros pour se fortifier afin d’enlever à la jeune épousée des vieux jours toute tentation d’aller voir dehors au risque de ramener des bâtards sous le toit conjugal. Le Chef de l’Etat n’a donc pas de souci à se faire : sous le président fini, l’homme continuera de surgir. Il n’a pas de souci à se faire d’autant plus qu’aux dernières nouvelles sous le sceau du secret bancaire, il vient de rejoindre le petit club des multi milliardaires béninois, qui avaient un peu tendance à lui tenir la dragée haute. Lui aussi peut maintenant fabriquer un président de la République. Le nouveau faiseur de roi est rassuré.

            Mais la chose la plus importante, oubliée ou ignorée par les gens mauvais, c’est qu’au lendemain de sa première prestation de serment le 6 avril 2006, notre homme avait fait état, dans un cercle semi-public, de sa vocation contrariée de dispensateur de la parole de Dieu. Il avait alors promis qu’il se rattraperait en se faisant pasteur dès qu’il serait président fini. Il ne pensait pas si bien dire, car s’il y a un métier qui rapporte gros aujourd’hui et qui peut lui permettre de maintenir au top niveau son avoir dans les banques, c’est bien le pastorat. Un dimanche de décembre 2015, pour faire plaisir à un ami évangélique, on entra à 16 h. dans l’un des vastes baraquements où le futur ancien président sera amené à officier. Depuis 15 h, plus de 999 croyants trépignaient au son des tams-tams, clairons et fanfares. Avant l’entrée en scène du pasteur, on nous soumit à deux quêtes. Après son entrée triomphale sous les youyous des fidèles, on nous soumit à deux autres quêtes. Au milieu de l’estrade tenant lieu de chœur, trônait une table sur laquelle reposait une cassette invitant tout croyant à payer la dîme selon la loi de Yahvé dans un passage du Pentateuque. Des enveloppes contenant ‘‘un peu d’argent’’ (sic) furent remises au pasteur pour le remercier des grâces obtenues dans la semaine par son intercession auprès du Seigneur. De 16 h à 20 h (fatigué, on s’est éclipsé avant la fin), les prophéties pleuvaient, et les femmes tombaient en pâmoison. Il y avait au total une vingtaine d’hommes, y compris les petits garçons amenés de force. Aucun mâle n’a été frappé par la grâce de la pâmoison. Simple détail de l’histoire.

            Pour que l’église-baraquement de notre homme soit populeuse et donneuse, on lui indiquera les trucs magiques à acheter au Nigeria pour être enterrés aux quatre coins du lieu de culte. On trouve aussi quelques bonnes recettes à Dankoli, près de Savalou. Mais de ce côté, il faut se dépêcher parce Parfaire, Dieu-Fait-Chair à Banamê, va bientôt détruire tous les vaudous pour en finir avec la sorcellerie. Se hâter donc. En tout état de cause, les gens mauvais doivent se taire. Si en dix ans de changement, ils n’ont pas le sou en banque et pas toujours quelque chose à se mettre sous la dent, qu’ils sachent au moins qu’un finissant n’est pas un fini, et que lorsque notre président sera fini, il deviendra le quatrième disciple autour du Christ sur le Mont Thabor. Un sort enviable, que nous l’aurons aidé àagripper à traversdix ans de ministère de la parole télévisée et presque cinq ans d’hélicoptère gratuit.

La France doit accueillir toute la misère du monde

LETTRE OUVERTE A AYMARD AGUESSIVOGNON A PROPOS DE KOUPAKI

LETTRE OUVERTE A AYMARD AGUESSIVOGNON A PROPOS DE KOUPAKI

MANIFESTE POUR L’EDUCATION A LA PAIX ET AU DEVELOPPEMENT : PAR LE DIALOGUE INTERRELIGIEUX ET INTERCULTUREL

Impossible amnistie pour le Président sortant

Pascal Irénée Koupaki : La preuve que les grands hommes sont de bons têtus

Pascal Irénée Koupaki : La preuve que les grands hommes sont de bons têtus

Pascal Irénée Koupaki : La preuve que les grands hommes sont de bons têtus

HOMMAGE A ROSINE SOGLO

Vigilance et résistance en permanence

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

134990 visites sur le site

Offres d'emploi

En images