Le centre Arttistik Africa à Cotonou a abrité récemment, le lancement d’un livre longtemps attendu par le public et surtout, les nombreux professionnels de l’art dramatique. «Omon-mi ou mon enfant» dont l’auteur n’est autre que Ousmane Alédji, dramaturge émérite qui a reçu un accueil favorable est au par-dessus tout, un cri de cœur en faveur des enfants sorciers, face au crime aujourd’hui encore perpétré contre eux, au nom de la coutume.

Cir-Raoul HOUNGBEDJI

Ils étaient nombreux à répondre à l’invitation du dramaturge Ousmane Alédji, en même temps directeur d’Arttistik Africa, carrefour de grandes rencontres culturelles. Artistes comédiens, professionnels du théâtre, lecteurs lambda, enseignants, universitaires…

Pour le Professeur Pierre Mèdéhouégnon à qui est revenu l’honneur de présenter cette pièce de théâtre, point n’est besoin de se méprendre sur les qualités de l’œuvre. A travers une présentation externe du livre, on retient aisément avec le Professeur de Lettres que «Omon-mi» s’enrichie de 13 scènes en alternance, avec presqu’autant de fois la présence du narrateur principal qui raconte ici la fable.

A travers le sujet de la pièce, l’infanticide, le meurtre d’un bébé de seulement deux jours, né enrôlé du placenta de sa mère, le dramaturge, aussi touchant qu’il puisse paraître, dépeint avec force détails et un style captivant, le phénomène des enfants sorciers dans un contexte particulier au Bénin et en Afrique en général, où la coutume impose leur sacrifice.

« Omon-mi », une œuvre qui ose…

Ousmane Alédji qui pourtant a déjà le mérite d’avoir édité des publications en dramaturgie, a séduit plus d’un par l’esthétique de «Omon-mi» où l’histoire est reconstituée de manière linéaire. Le dramaturge qui nomme et accuse la société et les centres urbains africains, interpelle également les scientifiques occidentaux sur le vil sort qui est fait à ces enfants dits sorciers.

Et même si le bébé-héros de «Omon-mi» a su échapper ici à un triste sort, à cause de sa personnalité infantile si forte qui a mis en déroute les tueurs à gage commis pour lui donner la mort, combien sont-ils, chaque jour à passer de vie à trépas, ces enfants innocents qui n’ont pas demandé à naître ?

Sans manquer de souligner les nombreux procédés de l’auteur qui confèrent à cette pièce une technique de construction originale et rare dans notre paysage théâtral, Pierre Mèdéhouégnon et Daté Atavito Barnabé Akayi, respectivement présentateur du livre, et modérateur de la séance, n’ont pas manqué de relever que«Omon-mi» est une pièce non conventionnelle et anti-conformiste, dont la mise en scène posera certainement de sérieuses difficultés aux potentiels metteurs en scène, notamment dans la coordination de l’alternance entre les séquences narrées et celles jouées.

Ousmane Alédji qui a eu récemment le bonheur de mener la direction du Festival international de théâtre du Bénin (FITHEB), dit devoir en partie la version actuelle de ce livre à ses comédiens dont les propositions ont été non négligeables, se dit également très séduit par la présentation faite de son œuvre. 'Avec cette pièce de théâtre, nous entendions toucher un problème identitaire que nous voulions universaliser et au final, le succès a été total', at-il confié avant d’ajouter que la mise en scène et l’interprétation sont libres à qui de droit.

Pour rappel, «Omon-mi» est une pièce créée en 2005 à Cotonou et co-produite par le Théâtre «Agbon’koko» dirigé par Ousmane Alédji,ancien expert pour l’Afrique de la Commission Internationale de Théâtre Francophone, et le Théâtre «Afrique noire» de la Suisse. Quant à ce livre qui porte à 25, la production dramaturgique d’Alédji à qui l’on reconnaît surtout d’excellents talents de metteur en scène, il est une co-édition d’Arttistik Africa et de Plumes Soleil. Deux structures qui ambitionnent de tisser un bel avenir à l’édition locale.

4ème édition de la convention des femmes de foi : 5 jours pour sécher les larmes de la gent féminine

Production discographique : Ambiance festive autour de la "Bonne arrivée" de Tina Sèglé

Passation de charges au ministère de la Culture : Paul Hounkpé promet de maintenir le cap

« Aagan » d’Abdel Hakim Lalèyè : un voyage initiatique sur le culte « Egungun »

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Lu pour vous : Le prêtre, grandeur et petitesse : un véritable panorama sur la vie du prêtre catholique !

Spectacles live à Cotonou Le Festin vocal fait "kiffer" une 3ème édition

Décès de Jean Pliya :L’arbre fétiche est tombé

34ème anniversaire de décès de Bob Marley : l’ensemble culturel et artistique des étudiants rend hommage à l’homme à l’université d’Abomey-Calavi

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

428733 visites sur le site

Offres d'emploi

En images