Le Bénin a perdu l’un de ses illustres fils. Jean Pliya, homme de lettres, ancien ministre et homme de l’église a tiré sa révérence vendredi dernier à Abidjan en Côte d’Ivoire.

Euloge ZOHOUNGBOGBO

Jean Pliya n’est plus. Ce monument de la littérature béninoise  s’est éteint vendredi dernier à Abidjan dans sa 84ème  année.  Ses nombreuses œuvres littéraires ont bercé l’enfance de nombres de générations d’élèves. Né le 21 juillet 1931 à Djougou, au Bénin, Jean Pliya a une vie militante engagée. L’homme qui a consacré le reste de sa vie à l’église, est marié et père de 7 enfants. L’illustre disparu a obtenu sa License de géographie en 1955, puis son DES en 1957, année où il passe son CAPES et devient Professeur certifié d’Histoire et de Géographie. En 1976, Jean Pliya a fait sa thèse de doctorat en 3e cycle de Géographie sur « La pêche continentale et maritime dans le sud-ouest de la République du Bénin » avec une mention Très Bien et les félicitations du Jury.

Une carrière d’enseignant

Il enseigne l’Histoire et la Géographie de 1957 à 1969 en France (à Cahors et à Lyon) et au Bénin. Ensuite, il fut Assistant de Géographie de 1969 à 1972 à l’Université du Bénin au Togo, puis de 1972 à 1976 à l’Université Nationale du Bénin. Il est Maître Assitant depuis 1976.

De 1983 à 1991, il enseigne la Géographie tropicale et économique à l’Université de Niamey (Niger).

Des activités politiques et administratives

Rentré au Bénin à la veille de l’Indépendance, il participe à la vie politique et administrative de son pays. Directeur de cabinet du ministre de l’Education nationale de 1960 à 1963 puis ministre de l’Information et du tourisme, 1963. Jean Pliya a également été élu  de 1964 à 1967, député à l’Assemblée nationale et 1er secrétaire de ladite institution. Il a occupé plusieurs responsabilités dont celles de Vice-Doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’Université Nationale du Bénin, de 1972 à 1974 ; de Vice Recteur de l’Université Nationale du Bénin, de 1975 à 1981 ; de Recteur de l’UNB de 1981 à 1983 et bien d’autres.

 

Encadré ouvert

 

Des prix et des distinctions

Médaille Vermeil du Mérite du Bénin – 1er août 1962

Pour l’ARBRE FETICHE : Prix de la meilleure Nouvelle africaine, en 1963, à Paris.

Pour KONDO LE REQUIN : Grand Prix de Littérature d’Afrique Noire, à Paris, en 1967.

Pour la SECRETAIRE PARTICULIERE : 2éme prix du Concours Radiophonique de l’OCORA, à Paris, en 1967.

Dans l’ORDRE FRANÇAIS DES ARTS ET LETTRES, Jean PLIYA a été nommé Chevalier le 21 janvier 1974, puis officier le 19 septembre 1981

Parcours et engagement religieux

Responsable de la J.E.C (Jeunesse Etudiante Chrétienne) et de l’Action Catholique des familles) – Université de Toulouse – France .

Représentant de l’Afrique comme laïc au Synode des évêques d’Afrique et de Madagascar – 1994 – Rome.

Responsable National du Renouveau Charismatique Catholique au Bénin.

Évangélisateur et Prédicateur (Sénégal, Guinée, Mali, Niger, Côte d’Ivoire, Burkina Faso, Togo, Gabon, Centrafrique, Cameroun), en Europe (Belgique, Luxembourg, Italie, Suisse, France), en Amérique et dans les îles (Ile de la réunion, Guyane française, Martinique).

 

4ème édition de la convention des femmes de foi : 5 jours pour sécher les larmes de la gent féminine

Production discographique : Ambiance festive autour de la "Bonne arrivée" de Tina Sèglé

Passation de charges au ministère de la Culture : Paul Hounkpé promet de maintenir le cap

« Aagan » d’Abdel Hakim Lalèyè : un voyage initiatique sur le culte « Egungun »

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Pour un nouvel envol du théâtre béninois : Le nouveau Conseil d’administration du Fitheb installé

Lu pour vous : Le prêtre, grandeur et petitesse : un véritable panorama sur la vie du prêtre catholique !

Spectacles live à Cotonou Le Festin vocal fait "kiffer" une 3ème édition

34ème anniversaire de décès de Bob Marley : l’ensemble culturel et artistique des étudiants rend hommage à l’homme à l’université d’Abomey-Calavi

Littérature béninoise : «Omon-mi » d’Ousmane Alédji : un cri de cœur en faveur des enfants sorciers

VOIR TOUS LES ARTICLES DE LA RUBRIQUE

Facebook

Compteur de visites

428733 visites sur le site

Offres d'emploi

En images